Walt Disney Studios park celebrates 10 years of troubles

Walt disney studios disneyland paris 10 years anniversary anniversaire

CLICK HERE TO ENGLISH VERSION.

En inaugurant le parc Walt Disney Studios le 16 mars 2002, la chanteuse Tina Arena ne croyait pas si bien dire. « Good luck Walt Disney Studios. Good luck. » Car de la chance, il allait en falloir à Disneyland Paris pour assurer la réussite de son second parc.

Pour comprendre le fiasco WDS, il faut remonter à la convention passée avec l’état français en 1987 pour la construction d’un complexe Disney à l’est de Paris. Elle comprenait bien sûr le parc Disneyland, un parc hôtelier, des centres de conventions et un centre de divertissement mais aussi la construction d’un second parc. À l’époque de la signature naturellement, tout ce petit monde était enthousiaste et particulièrement certain du succès commercial d’EuroDisney – Michael Eisner en tête. Or la structure financière de la société et un produit mal adapté aux cultures et usages européens eurent raison de l’euphorie dès débuts. Ainsi EuroDisney, en dépit d’une offre extrêmement qualitative, fut un énorme flop financier. La société plongea la tête sous l’eau et accumulera une dette abyssale sans précédant dans le secteur des parcs à thèmes.

Or, une des clauses de la convention de 1987 stipulait que si aucun nouveau parc n’était construit par EuroDisney pour 2002, l’état français récupérerait une partie des terrains alloués à Disney. La Walt Disney Company avait donc un couteau sous la gorge lui forçant à construire un second parc malgré ses incroyables déboires financiers.

disneyland paris euro disney michael eisner jacques chirac france signature convention

Dans ce contexte, on comprend un peu mieux pourquoi les Walt Disney Studios, à leur ouverture ne proposaient que 9 (neuf !!) attractions médiocres dont une majorité de shows, le tout dans un cadre majoritairement glauque qui vaudra aux WDS une série de surnoms bien mérités tels que Hangarland ou Parkingland.

Pour les non-habitués, imaginez qu’à côté du plus beau Disneyland du monde, Eisner et sa clique de rupins en costards venaient de construire le parc Disney le plus laid et incomplet du monde. Une fracture qui n’a pas échappé aux visiteurs de Disneyland Paris, et pas seulement aux fans, loin de là. Car dans les faits, pour peu que le parc soit peu rempli, il était possible de visiter les WDS en seulement 4 heures !

Dix ans plus tard, l’offre des Walt Disney Studios s’est enrichie d’attractions d’excellente qualité (The Twilight Zone – Tower of Terror) ou simplement de bonne facture comme Crush Coaster ou Toy Story Playland. On notera hélas sur ces dernières quelques écarts de conception, notamment des capacités horaires volontairement très basses afin de rallonger la journée du visiteur dans le parc. Classe…

Et bien que la construction d’une nouvelle attraction vienne de démarrer (Ratatouille Kitchen Calamity), un sévère manque de vision globale à long terme reste à déplorer. Quel est le thème général du parc ? Quelles zones ? Quel masterplan ? Comment intégrer harmonieusement l’usage des licences (comme j’en avais suggéré un exemple ici) ?

Car il faudra encore une belle série d’ajouts et remaniements aux Walt Disney Studios avant d’être enfin un parc à la hauteur du standard de qualité Disney. Et beaucoup de patience. Mais que cela ne nous empêche pas de souhaiter aux Walt Disney Studios un bon anniversaire pour ses 10 ans. Prions ensemble pour que les Walt Disney Studios soient le prochain grand défi de Bob Iger, Tom Staggs et John Lasseter et réitérons la bonne parole de Tina Arena pour les 10 années à venir : « Good luck Walt Disney Studios. Good luck. »


* * *

During the opening ceremony of the Walt Disney Studios park on March 16 2002, singer and French celeb Tina Arena didn’t realize how right she was. « Good luck Walt Disney Studios. Good luck. » Because soon they’ll need to be very lucky to get Disneyland Paris second gate to succeed.

In order to understand the WDS fiasco, you must go back to the convention signature in 1987 between the French government and Disney to build a Disney resort near Paris. A Magic Kingdom park, hotel facilities, convention centers and an entertainment center were planned, but also the construction of a second park. Of course at this time all these people were enthusiastic and very confident about the commercial success of EuroDisney – especially CEO Michael Eisner. But the financial structure and a product unsuited to Europe’s variety of cultures and habits quickly destroyed the euphoria of the first days. And despite a high quality experience, EuroDisney was a huge financial flop. Then the company plunged his head under water and will accumulate an abyssal debt without precedent in the theme park industry.

But one of the clauses in the agreement of 1987 specified that if no new park was built by EuroDisney for the year 2002, the French government would take back a portion of land allocated to Disney. So The Walt Disney Company had a knife to its throat to build a second park despite its incredible financial difficulties.

In this context, you can understand why the Walt Disney Studios park, at the opening offered only 9 (nine!) mediocre attractions, including a majority of shows, all in a mostly sad environement. Which gave the WDS a series of well deserved nicknames such as Hangarland or Parkingland (french for something like Warehouseland and Parkinglotland).

For non DLP goers, imagine that Eisner and his gang of Scrooges in suits built the world’s most incomplete and ugly Disney theme park right next to the world’s most beautiful Magic Kingdom style theme park. Such a gap Disneyland Resort Paris guests couldn’t miss – and still can’t-  and not only the local fans. Really. Because that’s a fact : when the park wasn’t too crowded, you could be totally able to visit the entier park in just 4 hours !

walt disney studios disneyland paris map plan 2002 ouverture opening

First Walt Disney Studios map in 2002

Ten years later, the Walt Disney Studios park got several additions. Some of high quality (The Twilight Zone – Tower of Terror) or just nicely done like Crush Coaster or Toy Story Playland. With a few unfortunate design failures, like a few deliberately very low hourly capacity attractions in order to extend the time the average guest stays inside the park. Classy, isn’t it ?

And although they just started the construction of a new dark ride (Ratatouille Kitchen Calamity), there’s still a huge lack of global long term vision for this park. What really is the park’s theme? What distinct areas? What masterplan? How to include franchise themes the right way (I’ve done a suggestion about that point) ?

Let’s face it, the Walt Disney Studios park will still need a serious bunch of additions and placemakings before it reaches the Disney quality standard. And a lot of patience too. But anyway, let’s wish the WDS a happy 10th anniversary, let’s pray Bob Iger, Tom Staggs and John Lasseter to choose the Walt Disney Studios as their next big challenge and give the WDS Tina Arena’s most precious gift: « Good luck Walt Disney Studios. Good luck. »

Photo : Disneyland Paris.

1 Comment

  1. Timekeeper

    Et Disney comptait le Studio 1 comme une attraction.
    À l’époque, la forme du plan vaguement en forme de tête de Mickey était quasiment une attraction à part entière.
    Sad, sad, sad…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *