Review: Walibi Holland Fright Nights

In english below.

Cette année, j’ai délibérément décidé de bouder la saison d’Halloween préparée par Disneyland Paris, probablement à tort d’ailleurs pour la Terrorific Night des Walt Disney Studios. Une poignée de soirées spéciales nécessitant un ticket payant supplémentaire à celui de la journée, je n’appellerais pas ça une « saison » mon cher DLP. A force d’avoir concentré la quasi totalité des efforts dans ces soirées événementielles, les costards de Marne-la-Vallée semblent avoir négligé la décoration et les animations dans les parcs. Ca me semble pourtant être la base… Dommage.

Du coup, pour quand même avoir ma dose annuelle de toiles d’araignées synthétiques, j’ai visité 3 parcs européens qui s’investissent chaque année un peu plus dans la saison d’Halloween en raison de leur succès grandissant.

Certains parcs ont bien compris le message envoyé par les hordes de visiteurs se pressant dans leurs maisons de l’horreur saisonnières : Halloween est l’occasion de cibler un public adolescent et adulte avide de frissons.

Et le constat est clair comme de l’eau de roche : les parcs qui affichent complet le plus souvent lors d’Halloween sont ceux qui n’hésitent pas à verser dans le gore, quitte à déconseiller voire interdire l’accès aux enfants – une raison de plus de visiter ces parcs.

La première étape de notre trip nous conduit à Walibi Holland, réputé pour ses 4 maisons hantées saisonnières flippantes comme il faut. Les Fright Nights ne nécessitent pas de ticket d’entrée supplémentaire, bonne nouvelle. Par contre chaque maison hantée est payante, mauvaise nouvelle. 5 euro par maison hantée, très mauvaise nouvelle. Mais à 10h20, heure à laquelle nous arrivons aux caisses, nous apprenons que les tickets d’entrée aux maisons hantées sont déjà tous soldout, très très mauvaise nouvelle. A la réflexion, ce n’est peut-être pas une si mauvaise nouvelle puisque le ticket d’entrée au parc additionné à ceux des maisons hantées nous reviendrait à plus de 50€ chacun. Enfin on se demande quand-même un peu ce qu’on fout là du coup.

Bref, nous passons la journée à dénicher des attractions dont la file ne dégueule pas son l’entrée. Difficile mais pas impossible en s’activant avant midi.

Question décorations Halloweenesques, elles sont regroupées en 3 petites zones qui comme les maisons hantées n’ouvriront pas avant la tombée de la nuit. Du coup, il règne une drôle d’ambiance toute la journée dans le parc : tout le monde semble attendre religieusement le début des animations d’halloween à 18h. D’ici là, c’est une journée tout ce qu’il y a de plus normal à Walibi Holland. Avec énormément de monde.

Mais à 18h tapantes, les hostilités démarrent, les éclairages illuminent le parc, les fumigènes s’enclenchent, de même que les effets pyrotechniques. Ca a clairement de la gueule. Mais à 18h justement, nous nous trouvons dans une zone qui s’apparente à une boite de nuit, avec DJ, bars à alcools forts et plots pour gogo dancers (malheureusement nous ne les verrons pas en action, quel dommage). Le moment idéal pour déguerpir de cette place au plus vite.

Nous nous dirigeons ensuite vers la vraie trouvaille de cette saison : la zone Anton Freak, clin d’œil amical au parc concurrent Efteling dont le designer original s’appelait Anton Pieck. Dans cette zone donc, nous croisons les personnages des contes présents à Efteling, dans des versions zombies, chelou ou ensanglantées. Certains coursent des adolescentes terrorisées pendant que d’autres prennent la pose pour une petite photo. Vraiment bien vu.

Troisième et déjà dernière étape (gratuite), une zone où des patients échappés d’un asile psychiatrique vous regardent bizarrement. Tout comme ceux de la zone Anton Freak, les costumes sont très inventifs, et chaque performer joue son rôle de façon personnelle. Jouissif !

On fera aussi un passage éclair par les Scaredocks, un parcours de 5 mètres à 4 pattes dans un container à la sortie duquel un performer vous fera BOUH ! (ce qu’il ne fera pas puisque vous l’apercevez longtemps à l’avance).

Voilà donc tout ce que l’on aura fait en lien avec Halloween : un passage par 3 allées peuplée de créatures étranges. Finalement, on préférera passer une bonne partie de la soirée non pas dans les zones Halloween, mais dans la file de l’hypercoaster Goliath. Une montagne russe dont nous ressortirons hypercontents, tout en se demandant si cela valait bien de faire une file hyperlente et hyperennuieuse de 2H30.

Le fait de se faire narguer par les maisons hantées payantes toute la soirée à évidemment quelque chose de particulièrement frustrant. On déplore également le manque d’informations sur le site web de Walibi Holland au sujet de ces maisons hantées payantes. Une mise en garde sur la rapidité à laquelle elles affichent complet aurait été utile et honnête. Mais nous sommes dans un parc géré par la Compagnie des Alpes, ceci expliquant sans doute cela.

Prochaines étapes à lire ici :

MOVIE PARK GERMANY HALLOWEEN HORROR FEST

WALIBI BELGIUM HALLOWEEN MONSTER FESTIVAL

This year, I intentionally decided to boycott Disneyland Paris Halloween season, even if it’s wrong choice for the Walt Disney Studios Terrorific Nights. But a few hard ticket nights is not exactly what I call a “season” my beloved DLP. Because they focused lot on these nighttime events, Marne-la-Vallée suits seem to have neglected animations and decorations inside both of the parks. The basics in fact. Too bad.

So, in order to get my annual fright fix of fake spider net, I visited 3 parks in Europe that invest a little more each year in the Halloween season because of their growing success. Some parks have well understood the message sent by hordes of guests hurrying into their seasonal horror houses : Halloween is an opportunity to target a teenage and adult audience who wants to be scared.

It’s crystal clear : parks that are often sold out during the Halloween season are those who are not scared to make it REALLY scary, even if they need to discourage or prohibit access to children – another good reason to visit these parks.

First stop of our trip : Walibi Holland, well known fo its four seasonal haunted houses. These Fright Nights don’t need a hard ticket, which is good news. But you need to pay for each haunted house, which is bad news. 5 euro which is very bad news. Well when you think about it, maybe it’s not that much a bad news because when you add the haunted houses tickets to the park ticket, we should pay more than 50€ for each of us.Then you start to wonder what you do there, since you have no access to the main Halloween activities.

Anyway, we spent our day to find attractions with no overcrowded queue lines. Hard but not impossible. Before noon. If you can walk fast.

Halloween decorations are spread in three small areas but it won’t happen anything here until the sun sets, just like the haunted houses : everything Halloween starts at 6PM. Before that, everybody seems to patiently wait Halloween stuff finally starts. Until then, you’re having the most normal day ever at Walibi Holland. And the park is packed with guests.

But at 6PM, it’s a whole new park : lights, fog and fire effects start, and it really is a blast. But at 6PM we happen to be in what now looks like a tacky open air night club, with DJ, strong alcohol bars and stages for gogo dancers (unfortunately, we won’t see any of them). It’s the perfect time to go anywhere else.

Then we head to the Anton Freak area, a nice reference to Efteling’s original designer Anton Pieck. On that street, you’ll meet famous Efteling fairy tale faces, covered with blood, or walking like zombies. Some are running after terrified teenage girls while others are posing for an improvised photo call. Very cool.

Third and already last fright stop is a zone where patients just escaped from a psychiatric hospital are watching you the weirdest, creepiest and most insane way you can imagine. Just like the Anton Freak area, costumes are very creative, and each performer plays his role in a personal way. We liked it a lot.

In that same aera, we’ll enter the 5 meters long Scaredocks containers at the end of which a performer will try to scare you (but he won’t since you can see him before you reach him).

And that’s all we’ve done that is linked with Halloween : a small walk in three streets filled with props and and scary performers. Eventually, we decided to queue in line during 2h30 for hypercoaster Goliath. A coaster that will make us hyperglad, while keeping wondering if it really deserves such a hyperboring and hyperslow queue line.

The thing is, being teased by four hard ticket haunted houses throughout the evening with no chance to get inside has obviously something particularly frustrating. We deplore the lack of information on the Walibi Holland website about these hard haunted houses you have to pay. And a warning of how fast they are fully booked would have been helpful and honest. But this is a park owned by the Compagnie des Alpes, this may explain that.

Next stops:

MOVIE PARK GERMANY HALLOWEEN HORROR FEST

WALIBI BELGIUM HALLOWEEN MONSTER FESTIVAL

Photos : Walibi Holland and See As I on Flickr

_____________________________________________________________________________ 

Cet article vous a plu? Suivez le Parc-O-Rama sur Facebook et Twitter ou via notre fil RSS pour ne manquer aucun article!

Did you like this post? Follow Parc-O-Rama on Facebook and Twitter or our RSS feed to not miss any post!


1 Comment

  1. Ah comment j’ai pas accroché à WH après être passé par l’excellentissime Movie Park !
    Déjà si dès le matin je suis passé sous l’enseigne “Anton Freak” et ai senti quelque chose de familier à sa vue, bien qu’aillant visité Efteling un mois plus tôt, c’est à Anton Schwarzkopf que j’ai pensé.

    Ensuite, je n’ai pas reconnu les personnages d’Efteling, peut-être que si j’avais fait le Bois des contes, ça aurait été différent.
    Mais je n’ai vu que des personnages aux costumes simples (comme sur ta première photo) et aux maquillages bien trop plastiques à côté des saisissants acteurs défigurés de MPG.

    Exception faite des deux Reines d’Alice au pays des merveilles qui étaient bien “belles” dans l’allée centrale (voir photo).

    Je n’ai pas repéré de zone avec des malades échappés d’un asile non-plus.
    Oh, maintenant que tu le dis, devant le wooden, pas trop trop loin de la maison PsychoShock dont on ignorait le thème avant d’y entrer, j’ai bien croisé des flics qui accompagnaient des infirmières (je crois) en blouse blanche, mais sans comprendre que c’était le thème du lieu, je voyais plutôt ça comme une animation se baladant dans le parc.

    Bref, le mot qui résume cette soirée pour moi est “brouillon” : j’ai juste eu l’impression de voir des gens déguisés courir dans les allées en essayant de faire “BOUH”, et au moins 2 des 4 maisons hantées n’avait pas un thème suffisamment identifiable ou sentaient la facilité.
    PsychoShoc justement : on est accueillis par un médecin en haut d’un escalier qui nous fait un speech en néerlandais, ensuite une ou deux salles dans un hôpital – et encore je vois pas bien ce que le cabinet du dentiste fou là – ensuite un couloir style jungle (HEIN ?) et puis une dernière partie qui n’a rien d’horrifique : on te donne des lunettes qui donnent un effet kaléidoscope pour te faire avancer dans des couloirs noirs avec simplement des boules à facettes et autres projecteurs à effets multicolores ! Bordel c’est Halloween, pas l’anniversaire de Kevin !

    La maison sur le thème des films d’horreurs reprenait quelques principes similaires : les acteurs avaient un interrupteur à portée de main pour synchroniser la musique avec leur jeu.
    Mauvaise idée : ça les rend immobiles, ils restent à côté de leur bouton, souvent même une main dessus, on dirait des animatronics rouillés plus que de vrais acteurs.

    Reste la maison Alice : sympa, lunettes qui faisaient ressortir les objets rouges, une fausse 3D bien rigolote. Acteurs pas mauvais, scènes un peu dégueu, passages étroits vous faisant revivre votre naissance, Reines de Cœur à la sortie.

    Au fond du quartier western, autre bien sympa : comédiens parfois bien cachés, pièce avec la musique d’It’s a Small World.

    Mais même dans ces 2 dernières, un manque de rythme, un manque de surprises, un manque de sérieux. Mon dieu que les acteurs sérieux de MPG me manquaient. Et les jeunes actrices en tenues style écolière ou artiste de cirque aussi, zombie ou pas zombie ^^

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *